Bulletin : Chapelle St Joseph - Oct 2018

La Bonne Nouvelle de Calédonie

Notre Dame nous a dit à Fatima: « Je suis Notre- Dame du Rosaire. Que l’on continue toujours à réciter
le chapelet tous les jours. »

Mais pour bien réciter son Rosaire il faut bien comprendre cette prière. Offrir un Rosarium ou un “Jardin de Roses”, c’est avant tout passer du temps avec la Vierge Marie, Mère de Dieu, en nous souvenant de son union aux mystères du Christ, lui présentant notre requête afin qu’elle-même la présente à Jésus, une belle conversation pénétrée de foi, de confiance et d’amour, avec la Mère de Dieu et la nôtre. L’essence du chapelet, l’âme du chapelet c’est, au travers de la méditation de chaque mystère, l’union à la vie de Notre-Seigneur Jésus-Christ,
en imitation de la Très Sainte Vierge Marie qui a passé sa vie à s’unir à celle de son Fils.

Qui dit le Rosaire ainsi voit se dérouler devant les yeux de son coeur toute la vie de Notre-Seigneur Jésus-Christ en union avec la Très Sainte Vierge Marie. Un Rosaire est tellement plus que trois chapelets, parce qu’il est la plénitude de la vie de Notre Seigneur Jésus-Christ entrant en nous.

L’Imitation de Jésus-Christ dit que la méditation des mystères de la vie de Notre-Seigneur réalise une communion spirituelle : le fidèle « se nourrit invisiblement de Jésus-Christ toutes les fois qu’il médite avec piété les mystères de son incarnation et de sa passion et qu’il s’enflamme de son amour». La communion nous transforme en celui que nous mangeons. Le Rosaire nous transforme en celui que nous contemplons. Nous pouvons dire que le Rosaire nous fait contempler, assimiler, et vivre des mystères de la vie du Christ, là est le secret du vrai bonheur.

La méditation du chapelet ne doit pas être une pure activité intellectuelle, elle doit avoir pour but d’enflammer notre charité pour imiter les exemples de la vie de Notre-Seigneur et de Notre-Dame, comme pour les reproduire en miniature dans nos âmes, dans nos vies. Mais seule la grâce de Dieu nous fera ressembler à Jésus et Marie. Le Rosaire nous permet d’obtenir ce secours parce que, tout en étant une méditation, il est en même temps une prière de demande, la plus efficace des prières de demande après la messe et le bréviaire.

Une dizaine de chapelet nous fait demeurer fidèle à la vie chrétienne; un chapelet nous fait garder la piété; mais ce qui nous fait entrer dans la ferveur, ce qui nous permet d’ambitionner la sainteté et la perfection, c’est le Rosaire. Nous ne le savions peut-être pas, mais le secret de notre sainteté se trouve dans notre poche: c’est le Rosaire.

Nous avons la Très Sainte Vierge Marie et l’instrument qu’Elle nous a donné, le Rosaire. Nous n’avons pas besoin de chercher ailleurs pour redonner la ferveur dans nos familles, rompre avec la mondanité, conserver la pureté dans nos âmes, faire triompher le combat de la tradition de l’Eglise, arriver au terme de cette crise de l’Eglise, donner des vocations au Bon Dieu, préparer des familles chrétiennes et tout simplement vivre quotidiennement en bon chrétien.

Ô Dieu dont le Fils unique nous a obtenu la récompense du salut éternel par sa vie, sa mort et sa résurrection, accordez-nous qu’en méditant ces mystères tout en récitant le très saint Rosaire de la bienheureuse Vierge Marie, nous imitions les exemples qu’ils contiennent et obtenions les fruits qu’ils promettent.